Marsembre la Brumeuse

JDR par forum, D&D ed 3.5
pour personnages niveau 10 et plus
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesLiensCORMYRConnexion

Partagez | 
 

 La rue d'Assandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarElmaestro
Puissance majeure
Administrateur
Meneur de Jeu
MessageSujet: La rue d'Assandre   Mer 09 Fév 2011, 14:04

La rue d'Assandre s'étend vers le nord, a partir de l'ile d'Harmuth. Elle traverse l'ile Antanamaran puis le quartier marchand ou elle croise la rue Calathante avant d'obliquer vers le nord ouest au niveau du rempart.

Poussant son chariot portant une lourde pierre à affûter montée sur un axe, un rémouleur descend la rue en sens inverse de vous.


Couteaux, ciseaux, épées, haches !

Ne gardez pas vos lames émoussées. Faites les affûter. Vos ennemis sentiront la différence.


------------------------------------------------
Les camelots et autres marchands ambulants sillonnent les rues de la ville. Ils récupèrent et revendent toute sorte d'objets et de bibelots. La plus grande partie ont été ramassés parmi les ordures, et ce qui ne semble pas trop abîmé à certainement été volé. Certains sont de mèche avec la guilde de voleurs locale pour revendre des produits de contrebande, drogue ou autre. Une activité dangereuse, mais tellement plus lucrative...

_________________
Naviguez facilement sur le site grâce au SOMMAIRE.
Le grand WHO´S WHO de Marsembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarElmaestro
Puissance majeure
Administrateur
Meneur de Jeu
MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   Jeu 14 Juil 2011, 17:29

Talian Tauvenal, en provenance de [la guilde des aventuriers]


Alors que tu quittes la guilde des aventuriers, Ari t´interpelles d´une voie forte:


Hé vous avez rien dit pour le cheval! Je vous en cherche un ou pas?

------------------------------------------------
Affublé de deux jambes de bois et d'un œil de verre, Aritan Dreytus se déplace à l'aide de deux longues béquilles calées sous ses aisselles. Ancien aventurier, il aime à raconter "le bon vieux temps" et comment une hydre lui arracha les deux jambes, ou encore comment il perdit son œil gauche par la faute d'un gobelin plus chanceux que les autres.

Dehors, tu trouves rapidement ce qui semble être une rue un peu plus importante que les autres. Un écriteau de bois accroché au mur d´une maison en indique le nom: la rue d´Assandre. Tu n´as pas grande idée de l´endroit ou tu te trouves et encore moins de comment te rendre à l´hôtel de Ravensgar. Sans doute arriverais tu à retourner à la capitainerie et à l´écu fendu, mais ce sont bien les seuls endroits de Marsembre que tu saurais trouver de toi même... et encore ...

Un rémouleur descend la rue en appelant le client. Un peu plus loin, un gondolier attend lui aussi un client à mener quelque part en ville. Le quartier s´est un peu animé et quelques gens marchent d´un pas rapide. Plusieurs fenêtres s´ouvrent des rares maisons à étages et les gens jettent le contenu de leur pot de chambre à même la rue. Et tant pis si quelqu´un passe en dessous à ce moment là.

Un peu plus loin trois gamins de rue semblent en train d´en tabasser un troisième plus petit, sans que personne ne semble disposé à intervenir.

Ainsi va la vie en ce matin frais et pluvieux dans les bas quartiers de Marsembre.

_________________
Naviguez facilement sur le site grâce au SOMMAIRE.
Le grand WHO´S WHO de Marsembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTalian Tauvenal
Profanateur de Couatl

Feuille de personnage
Points de vie:
15/53  (15/53)
MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   Ven 15 Juil 2011, 13:39

De nouveau dans la rue, le champion occultiste ne fut aucunement saisi par le temps froid et pluvieux de la matinée. Tout cela était pour lui quelque chose de peu dérangeant, habitué qu'il était aux températures et conditions climatiques maritimes ou le temps était souvent exécrable ou la pluie était une chose à laquelle il fallait s'habituer pour ne pas devenir dépressif. Aussi marcha t-il d'un pas vif et souple vers se qu'il estimait être la direction à suivre. Cependant, sa méconnaissance des rues et de la cité en général lui sauta rapidement aux yeux et il commença à réfléchir à deux fois avant de marcher au hasard, afin de ne pas se perdre et se retrouver dans un quartier chaud de la communauté. Il regarda donc tout autour de lui et tenta de bien repérer les lieux et les graver dans sa mémoire pour se souvenir et ne plus avoir plus tard besoin de redemander son chemin.

Ainsi, le turami remarqua t-il aussi bien les gamins des rues qui se battaient que le gondolier. Hésitant sur la direction à prendre, entre séparer les enfants ou aller directement voir le gondolier pour arriver au plus tôt à sa destination et commencer à travailler. Il ne connaissait pas les lois régnant dans les rues de Marsembre mais il se doutait qu'elle était la même que partout, seuls les plus forts survivent et les plus faibles doivent se soumettre, être plus malins que leurs supérieurs ou alors périr. Le champion occultiste ignorait tout du pourquoi de cette bagarre et ne savait s'il devait intervenir ou non. Cela pouvait très bien être une bagarre tout comme un plan visant à débarrasser tout intervenant extérieur de sa bourse. Bien que le turami ne s'inquiète aucunement pour sa sacoche de trésorerie qui se trouvait dans le fond de son sac, il ne souhaitait pas voir un malheureux gamin tenter de lui faire les poches, se sachant obligé de le punir dans le cas ou il parviendrait à le surprendre. Car il se doutait que de tels enfants, habitués à vivre seuls et à se débrouiller par eux-même devaient être de très bons voleurs à la tire.

Pauvre enfants. La milice devrait faire quelque chose pour eux plutôt que de les laisser vivre dans la rue, soumis au mauvais temps et à tous les dangers. Ils feraient une proie facile pour toute personne habitée de sombres sentiments. Enfin, je ne peux rien faire. Voyons d'abord se qui m'intéresse, il sera temps plus tard, quand réputation, argent et gloire m'appartiendront, d'officier pour eux.

Jetant un dernier regard aux enfants, l'ancien libre marin fut pris d'une idée. Idée qui venait à la base d'une blague de très mauvais goût qu'il avait fait de nombreuses fois aux jeunes mousses qui embarquaient pour la première fois avec son équipage. Ces jeunes là n'étant pas habitués à la mer, au monde des marins et croyant tout se qu'on leur racontait, Talian avait pris l'habitude de lancer un sort pour leur faire croire que des nuées de rats venaient dans leur direction. Et tous ou presque étaient ressortis de la cale en hurlant à plein poumons, complètement terrorisés. Seul un avait su voir à travers l'illusion. Et là, Talian se dit qu'il pouvait faire de même, mais à la différence qu'il pouvait faire entendre le bruit de gardes plutôt que de vermines. Puis lui vint une autre idée. Il repensa au bruit terrifiant d'un animal qu'il n'avait croisé qu'une seule fois, à Arrabar, dans un cirque ambulant. C'était un animal aussi noir que la nuit, aussi silencieux que la mort et aussi rapide qu'un cheval au galop. Il se souvenait avoir demandé se qu'était cette créature et d'où elle venait. Et il avait été surpris de savoir que c'était une panthère noire vivant dans les profondeurs des jungles de Chult. Repensant à son feulement caratéristique, Talian misait sur le fait que ces enfants ne l'avaient jamais entendu de leur vie pour en avoir une peur bleue et prendre leurs jambes à leur cou. Se saisissant d'un bout de laine brute dans sa sacoche à composante attachée à sa ceinture, il se mit à incanter à voix basse et s'attendit à entendre une panthère noire rugir. Et il attendit la réactions des enfants, prêt à s'approcher de celui qui était battu par les trois autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarElmaestro
Puissance majeure
Administrateur
Meneur de Jeu
MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   Lun 18 Juil 2011, 16:37

Le turami incanta à voie basse au milieu de la rue. Si les gamins ne le remarquèrent pas, tout comme le gondolier, le marchand ambulant lui nota les gestes ésotériques du mage et se cacha immédiatement derrière son atelier ambulant.

Un feulement sauvage et étrange, inconnu dans cette région de Toril s´éleva dans le calme relatif du matin. Si le champion occultiste reconnu le feulement de cet animal à la robe de nuit, il y avait peu de chance que les autres aient jamais entendu un son approchant.

Leur instinct leur indiqua toutefois qu´une menace était associée à ce cri étrange car les trois gamins s´immobilisèrent cherchant la provenance de cet étrange cri. Ils notèrent ta présence mais ne semblèrent pas faire de rapprochement.

Leur victime, plus prompte à réagir, profite de la diversion pour s´enfuir en courant, bien vite poursuivi par les trois autres gamins. Le gondolier aussi a perçu le danger sous tendant ce cri animal car il décroche fébrilement sa gondole et s´apprête à quitter cette rigole.

La tête du rémouleur émerge lentement de derrière sa roue à affuter. Son visage exprime surprise et appréhension, mais également la satisfaction d´être encore en vie. Il se met à pousser son chariot a bras à toute vitesse, cherchant à s´éloigner de toi le plus vite possible.

En tout cas, l´oraison a fait le vide autours de toi, et un étrange silence s´abat sur la rue seulement troublé par les grincements de la carriole et les pas précipités des enfants qui se perdent dans une ruelle du quartier.

Spoiler:
 

_________________
Naviguez facilement sur le site grâce au SOMMAIRE.
Le grand WHO´S WHO de Marsembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTalian Tauvenal
Profanateur de Couatl

Feuille de personnage
Points de vie:
15/53  (15/53)
MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   Lun 18 Juil 2011, 20:48

Voyant que son sort avait eu l'effet escompté et que le jeune garçon des rues avait saisi l'opportunité de la frayeur de ses agresseurs pour filer sans demander son reste, le champion occultiste se permit un nouveau sourire, constatant que le rugissement de la panthère noire magiquement imité avait été plus vrai que nature. S'il n'avait pas été lui-même le lanceur de ce sort, et ce malgré sa connaissance de cet animal, il aurait certainement tremblé d'effroi en entendant un tel cri. Il se serait même permis d'éclater de rire si jamais il tournant la tête il n'avait pas remarqué que tous les gens des environs étaient en train de prendre leurs jambes à leur cou sous la panique, certains d'être attaqué par quelque étrange créature au rugissement impressionnant. D'abord surpris, le champion occultiste fut ensuite déçu de les voir ainsi manqué de courage mais également content de voir que son sortilège avait été aussi efficace.

Cependant, c'est en voyant le gondolier s'enfuir qu'il comprit qu'il serait temps pour lui de se dépêcher s'il ne désirait pas faire tout le trajet à pied et ainsi risquer de se perdre ou de tomber dans de sombres et pernitieuses embuscades. Il se mit donc à courir tout en criant :

- Eh oh, attendez moi. Ne me laissez pas ici tout seul. Attendez moi. Laissez moi embarquer.

Il se rapprocha, courant mais s'arrêtant suffisamment loin pour pouvoir ralentir et ne pas finir dans le canal. Le gondolier n'était pas encore parti et il espérait que celui-ci allait accepter de le prendre à bord de son frêle esquif pour l'emmener là où il le désirait. Il ne tenait pas à traverser la moitié de la ville à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarElmaestro
Puissance majeure
Administrateur
Meneur de Jeu
MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   Jeu 28 Juil 2011, 13:32

Talian Tauvenal


Le gondolier marque un temps d' arrêt, hésitant entre s' enfuir au plus vite et t'attendre.

Est ce l' appât du gain? Ou simplement le bon fond des habitants du Cormyr? Toujours est il que le batelier retarde son départ de quelques secondes, juste le temps pour toi de grimper à bord de la frêle embarcation.


Dépêchez vous, je sais pas ce que c' était que ce cri, mais j ' ai aucune intention de trainer dans les parages.

A peine embarqué, le gondolier pousse sur sa gaffe, propulsant l' esquif vers un canal. Ce n' est que lorsque vous êtes a quelques encablures qu´il semble se détendre un peu.

Avec tous ce qui se passe en ce moment dans les bas quartier, ça m' étonnerai pas que l' on retrouve quelques macchabée dans le secteur. Vous avez entendu ce cri? On aurait dit un démon tout droit sorti des enfers.

Démentant le calme proverbial de la profession, le gondolier propulse le bateau à grands coups de gaffe nerveux. Au fur et a mesure que vous vous eloignez toutefois, ses gestes se font plus amples et moins saccadés. Il finit par te demander

Au fait, vous voulez que je vous dépose où?

------------------------------------------------
Les gondoliers dans leur pittoresque tenue à haut rayé, pantalon noir et petit chapeau rond de paille. Sans eux, Marsembre ne serait pas Marsembre. Le calme de leurs gestes est proverbial, accordé au lent glissement des gondoles sur l'eau. Parleurs infatigables, philosophes parfois, ils connaissent les moindres rumeurs et recoins de la ville. On dit d’eux qu’ils sont les personnes aimant le plus Marsembre, d’un amour si intense qu'ils sont prêts à se battre si quelqu'un parle en mal de leur ville.

Spoiler:
 

_________________
Naviguez facilement sur le site grâce au SOMMAIRE.
Le grand WHO´S WHO de Marsembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La rue d'Assandre   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rue d'Assandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsembre la Brumeuse :: Forum des aventures :: Aventures citadines :: Les rues de Marsembre-