"

Géographie du Cormyr



Le Cormyr est une région civilisée entourée de montagnes où vivent des tribus goblinoides. Elle s'étend au nord-ouest de la Mer des Étoiles Déchues, entre la Mare des Dragons et l'Anauroch, dans ce qui fut autrefois une région extrêmement boisée, mais qui n'abrite plus aujourd'hui que quelques forêts de petite taille. Les bois survivants restent aussi épais et dangereux que Cormanthor.

Le climat est humide, il pleut abondamment en été et au printemps, et il neige tout aussi abondamment en hiver. Les hivers sont longs et rudes, et les étés courts mais très chauds. Le printemps et l’automne sont plutôt tempérés; si bien que les fermes et les forêts du royaume sont splendides, verdoyantes et très productives. Le brouillard est courant le long de la côte, et dans les Hautes Landes sont souvent enfouies sous la brume depuis la passe de Haute Corne jusqu'à la gorge au nord de Soirétoile.

Les forets fournissent le royaume en bois de construction et en gibier, sous le contrôle strict de la couronne. Le pays est parcouru de rivières, larges et petites. La plus importante est la rivière étoilée qui prend sa source dans les montagnes de la corne des tempêtes et coule vers le sud jusque dans la mare aux dragons près de Marsembre. En chemin, l’étoilée traverse la foret centrale du Cormyr et constitue un axe fluvial prépondérant du royaume. Trois routes majeures la traversent.

Les deux pièces d’eau les plus importantes du Cormyr sont la mare aux dragons et le lac des wyvernes. La mare aux dragons constitue la frontière sud du Cormyr et offre un accès vers la mer intérieure aux deux grands ports du Cormyr, Suzail et Marsembre. Le lac est la voie commerciale principale par où transite la majorité du trafic commercial du Cormyr vers la mer des étoiles déchues. Le lac aux wyvernes est un lac intérieur dont la forme rappelle vaguement celle d’un poisson. Quatre rivières majeures l’alimentent dont l’immer et le wyverne.

Le Cormyr abrite également deux massifs montagneux les pics du tonnerre et la corne des tempêtes. Les deux servent de frontière naturelle au pays. La corne des tempêtes s’étend du sud au nord avant de s’incurver d’ouest en est séparant du reste du pays, une terre au nord que l’on appelle les marches gobelines.

En outre, le Cormyr possède d’autres sites remarquables :

Les marches lointaines et le marais de Tun
Aucun état ne revendique de droit sur ces deux lieux isolés qui sont néanmoins considérés comme faisant partie du Cormyr du fait de leur proximité géographique. Des légendes locales attribuent a ces lieux les vestiges d’une ancienne civilisation dont même les elfes ne gardent pas le souvenir.

Les marches gobelines et les hautes landes
Les gobelins et leurs allies autrefois dirigeaient cette région. Leur autorité était suprême dans la région, heureusement cela se passait il y a plus de 1000 ans. L’empire gobelin lançait des raids jusque à Suzail, Asram et Anuira qu’ils détruisirent d’ailleurs en 200 CV. L’empire gobelin fut finalement vaincu, non par les armes mais par l’avancée inexorable de l’anauroch. Aujourd’hui il ne reste dans les marches gobelines que quelques tribus nomades de gobelins et autres humanoïdes. Les citadelles de Haute corne et de Château Crag défendent aujourd’hui les passes menant aux marches, protégeant les riches contrées du sud des raids goblinoides.
Les hautes landes sont très similaires aux marches gobelines, seul le grand nombre de ruines , vestiges de la civilisation gobeline que l’ont trouve dans les hautes landes permet de les distinguer.

Le Bois de l'Ermite
Situé au nord-est de Marsembre, sur la rive opposée de la rivière étoilée et immédiatement au sud de Wheloune, le Bois de l'Ermite tire son nom d'une silhouette fantomatique que l'on y rencontre parfois les nuits de pleine lune. Celle-ci prend l'apparence d'un homme vêtu de robes grises, et portant une lanterne émettant une lueur bleue féerique. Certains pensent qu'il s'agit de l'esprit d'un ermite qui vivait dans les bois du temps d'Azoun II ; d'autres prétendent qu'il est purement imaginaire ou encore qu'il s'agit simplement de feux follets. Le Bois de l'Ermite regorge de gibier et n'abrite quasiment pas de créatures humanoïdes à l'exception des chasseurs et des bûcherons qui y abattent une grande quantité d'arbres, notamment du coté de Wheloune .

La forét de Hullack
Cette foret, anciennement la frontière est du royaume est restée vierge et abrite encore de nombreux secrets et dangers, bien que sa surface diminue de plus en plus vite pour faire face à la demande toujours croissante de bois de construction et de gibier. C’est l’une des raisons pour laquelle la couronne encourage les compagnies d’aventuriers a explorer la foret pour en éliminer les monstres et les nombreux orcs et gobelins qui l’habitent encore.

La forêt royale
Autrefois la demeure des elfes, on n’y trouve aujourd’hui plus que de humains et du gibier. Les chênes et les érables constituent les deux essences principales, de cette forêt ancienne, largement dépourvue de sous bois. La forêt est entretenue et sillonnée de nombreuses routes et chemins qui relient les nombreuses petites villes et les fermes de la région.

Les Roc-Terres
Complètement inapproprié à l’agriculture, le sol ici est sec et argileux. De plus la surface est quasiment recouverte de galets de toutes tailles, certains aussi gros qu’un petit cottage.

Le grand marais
Cette bande de terre humide est si peu empruntée qu’elle ne porte pas vraiment de nom. Elle sert de frontière naturelle entre le Cormyr et la Sembie et aucun des deux pays n’en revendique particulièrement la possession. Le marais est un lieu encore sauvage qui abrite toute sorte de monstres, des hommes lézards, des trolls, des hobgobelins, des gnolls et même des catoblepas, des dragons noirs et des tyranoeils.

Les terres agricoles
Les fermes forment l’ossature du Cormyr et sont la principale source des changements géographiques au Cormyr. L’implantation des fermes est la principale raison de la déforestation. La région comprise entre la forêt royale et la forêt de Hullack était du temps des elfes une seule et unique forêt. Aujourd’hui, cette région n’abrite plus que des fermes et des pâturages.